La prison n'est qu'un espace muré qui cache les échecs de la société


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Une visite parmi tant d'autres... (PV Némesis)

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

Némésis était stupéfait voir ahuri, il venait de tenter de la violer brutalement de la briser psychologiquement, de lui prendre sa virginité sans état d'âme, et elle ne tardait pas à le rejoindre. Le baiser et les caresses qu'elle lui faisait étaient très subjectives, mais lui ne comprenait plus, même le folie avait plus de sens que ce qu'il se passait dans la tête de cette fille.
Elle venait d'être brutaliser, subit des attouchements brutaux et a deux doigts d'être violer, elle lui demandait le temps de se remettre des émotions, mais elle était déjà contre lui à vouloir plus. Il se demandait même si elle ne se moquait pas de lui, elle ne arrêtait pas de se contredire. Elle était la seul pour qui il avait fait attention et se sentait mal de la brusquer. Mais a force il se demandait si elle ne se moquait et faisait exprès de le faire tourner en bourrique.

Il avait déjà tous oublier, oublier tous ce qu'il avait penser avant. La colère avait monter et il pourrait à tous moment péter un plomb et sauté sur Harley afin de défouler et lancer toute sa rage sur elle. Il arrivait à se contenir mais c'était relativement difficile. Il décida de rester gentil mais cette fois il était préparé et il n'acceptera aucun refus.

-Ca ce vois que tu ne sais plus ou tu en ai. Et oui tu es folle, tu es dans l'entre de la folie et le roi a besoin d'une reine.

Il se leva la gardant plaquer contre lui et la serrant pour ne par perdre le contacte physique. Il lui caressa le dos et glissa son nez dans le coup comme un archet sur les cordes d'un violon et savourant à nouveau l'odeur.

-Toujours aussi délicieuse...

Il se déplaça en direction du lit en faisant attention de ne pas faire tomber le bouquet de rose. Il posa Harley sur le lit en se retenant de ne pas la jeter dessus et s'allongea à côté. Ses doigts glissèrent le long de la cuisse et de la fesse, faisant des allés retours délicatement et la fit remonter pour la faire s'enrouler autour de lui. il n'hésita pas par moment à lui claquer les fesses sans trop de brutalité. Il cherchait à l'embrasser dans le coup et rester sensuelle mais cette fois... Il ne s’arrêterait pas...

Voir le profil de l'utilisateur
Avant qu'Harley ne vienne sur les genoux de Némesis. À force d'avoir pleurée, la fatigue l'avait gagnée et elle s'était donc endormie. Durant son rêve, elle était dans son bureau avec Némesis, toujours peu vêtue d'ailleurs. Mais cela elle s'en fichait. Elle s'était levée pour aller voir Némesis, monter sur ses genoux, lui caresser le torse tout en l'embrassant. Elle se laissa menée jusque sur le lit sans broncher. Après tout ce n'était qu'on rêve alors pourquoi ne pas se laisser aller ? Au fond elle en avait envie avec lui mais elle ne voulait l'avouer, à présent qu'elle était dans un rêve, elle pouvait faire qu'elle voulait.

- Ce n'est pas de la folie, je suis juste dans un rêve... Il parait que dans les rêves il il est beaucoup plus facile de se laisser aller, je devrais essayer.


Harley se croyait vraiment dans un rêve mais c'était bel et bien la réalité même si elle n'en avait pas conscience. Alors qu'il la caressait, la fessé avait fait son effet, lui arrachant un gémissement qui voulait tout dire. Elle se sentait bien, elle savait qu'elle pouvait se lâcher, dévoiler ce qui se trouvait vraiment en elle !

La demoiselle poussa Némesis avant de monter sur lui sans le ménager, de lui lécher puis de mordiller son cou qui avait un goût exquis. Au fur et à mesure, elle le déshabillait découvrant son torse puis elle lui offrait mille et une caresse, se laissant complètement aller dans son rêve. Un fois au niveau de son entre-jambe, elle hésita quelques instants avant de retirer tout ce qui couvrait son membre. Elle prenait tout son temps. Elle commença de légères caresses de sa main avant de le lécher et de le mettre en bouche faisant des vas-et-viens. Pour une première fois, elle s'en sortait plutôt bien !

- Autant se lâcher !


Elle lui tira la langue avant de reprendre son activité.

Voir le profil de l'utilisateur
C'était intéressent car elle était perdu au point de croire être dans un rêve. Némésis aimait cela, il pouvait comme cela lui faire tous ce qu'il voulait et la forcer a faire tous ce qu'il voulait. L'idée l'enchantait et il salivait d'avance, une vierge était toujours très dur à rassurer et à possédé, autre que par la domination. Mais je faite qu'elle s’imagine être violer dans son rêve pouvait faire tournée toutes les émotions à son avantage.

-Les rêves son toujours bizarre et n'ont aucun sens c'est pour ca qu'il fait se laisser aller et laisser libre cour à son ressentit. Mais cela viens d'un fou et les paroles d'un fou n'ont ausun sens enfin presque, ou c'est ce que je crois?

Il faisait exprès d’insister sur ses points débiles car il marquait incompréhension et le côté non logique que l'on retrouvait habituellement dans les rêves. Il faisait en sorte de retransmettre les mêmes sensations que dans un rêve pour ne pas qu'elle pouisse se douter de quoi que ce soit.

Il continua les caresses et fut surpris de voir qu'elle prenait les devant. Quelle plaisir de la voir se lâcher, même plus que se lâcher, presque une tigresse en manque. Elle lui donnait tous ce qu'elle pouvait a croire qu'elle était expérimenté et avait fait ca plusieurs fois. Elle le maintenait comme une sensu et donnant des sensations telle au jeune homme qu'il avait du mal à reprendre son souffle. Quant elle lui parla il put reprendre ses esprits avant qu'elle revienne à la charge. Il s’agrippait au matelas comma si sa vit en dépendait, il se sentait comme aspirer, vider par son entre jambe, il n'était pas possible que ce soit sa première fois ou c'est qu'elle donnait tellement de conviction qu'elle y allait sans limite. Il sentait le plaisir monter de plus en plus et a une vitesse folle malgré le faite qu'il tentait désespérément de se retenir.

Il lui attrapa la tête et éjacula se contractant en entier sous le délice qu'elle venait de lui offrir. Il la retira avec la voix haletante et aillant du mal à bouger comme si elle avait sucer et aspirer toute son énergie vital. Il la retoura pour qu'elle se retrouve sur le dos et il se colla à elle. Il frotta son membre sontre la cuisse de la belle alors que ses mains remontaient le long du ventre pour se glisser sous la nuisette et caresser les seins sensuellement. Il vient en suite l'embrasser dans le coup, puis la mordiller et quant elle commença à couiner fortement et a se cambrer il lui chuchotta:

-Il n'est que Justice que je te rende ce que je tu m'a donner

Il descendit a son tour embrassant chaque parcelle de sa peau jusqu’à arriver à l'entre jambe ou il écarta sans ménagement les cuisses et commença son repas. Il la lécha écartant les grandes lèvres et jouant avec elle, il alla rapidement brutaliser le clitoris en le pinçant et le mordillant avant d'enfoncer sa langue au plus profond de l'intimité. Quant elle commença à s'habituer à la sensation il la pénétra d'un doigt en plus de ses léchouilles faisant des mouvements de va et viens. Il le tordait en elle frottant les parois et variant les émotions avant d'ajouter un second doigts. Avec les deux doigts il les faisait tourner et vriller furieusement avant de les écarter somme si il voulait la dilater.

Voir le profil de l'utilisateur
À travers son rêve, Harley avait prit les devants comme une tigresse folle qui se jette sur sa proie en se délectant de chacune des saveurs qui lui était offerte. Jamais elle n'avait fait cela, que ce soit en rêve ou dans la réalité en fait c'était même très surprenant venant d'elle. Au départ elle trouvait cela étrange le goût du membre d'un homme mais au fur et à mesure elle s'habitua commençant presque à apprécier la torture qu'elle lui faisait. Par sa réaction, elle avait la certitude qu'il appréciait et il fallait avouer que c'était plutôt flatteur. Elle qui hésitait, elle avait prit plus d'assurance et avait accélérer les mouvements elle se mit même à mordiller légèrement, sans lui faire mal bien entendu mais juste assez pour lui procurer du bien. D'ailleurs, il ne pu se retenir et se vida en elle, la par contre elle ne savait pas quoi en faire et elle fut tellement surprise, elle manqua de s'étouffer qu'elle recracha tout.

- Pardon..

À vrai dire l'image qu'elle avait donnée n'était pas des plus jolies. Elle reprit ses esprits après avoir toussé puis il dit rendre justice. Elle ne comprit pas mais se laissa faire. Après tout, les songes étaient fait pour accomplir les fantasmes et autre choses profondes inavouables.
À chaque baiser sur son cou elle gémissait, il usait très bien de son point faible et elle elle appréciait chacune de ses caresses. Plus il descendait sur son corps plus les frissons la parcouraient. Mais lorsqu'il commença son repas, sa respiration s'accéléra, elle essayait de retenir ses gémissement mais cela devenait très difficile à un tel point qu'elle ne pu les retenir très lentement. Il l'acheva en entra un doigt puis un deuxième en elle l'obligeant à couiner à réveiller un mort enterré depuis des siècles.

- Hm.. C'est-C'est cruel...


Disait la petite Harley avec ses gémissements qui prouvaient le contraire. Son corps réagissait bien, elle aussi. Jamais elle n'avait ressenti pareils sensations. Elle mouillait comme jamais essayant toujours de retenir ses couinements.

Voir le profil de l'utilisateur
Némésis fut surprit de la réaction de Harley et tous agit dans sa tête comme un flash de solution. Il remarqua à quelle point elle était pervers que les moindres caresses agissait sur elle qui est vierge comme sur une femme expérimenté. Mais le plus surprenant était qu'elle réagissait encore plus quant il la brusquait et la maltraitait, elle semblait adorer se faire maltraiter mais n'arrivait pas se l'avouer.
Du coup il tira un large sourire et se disait qu'il allait bien s’amuser...

Il continua à martyriser ce petit clitoris qui commençait à sortir peu à peu de révélant et devenant de plus en plus sensible. Ses deux doigts dansaient dans l'intimité comme deux serpents qui se bâteraient pour arriver en premier au font. Il les agitait de plus en plus énergiquement comme si il voulait qu'elle lui supplie. Alors que les cuisses étaient toujours ouverte de part et d'autre de sa tête il alla les embrasser les lécher et même les mordiller à l'intérieur la partie la plus sensible.

-Quelle goût délicieux, c'est difficile d'y résister.

Quant il eu finit et qu'elle fut suffisamment cambrer de désir il la lécha passant de l'intimité jusqu'au nombril, puis jusqu'au bas des seins et enfin jusque sur les tétons. A chaque arrêts il la mordit et quant ce fut les tétons il s’attarda dessus ne voulant pas arrêté. Il revient l'embrasser sur les lèvres et pendant ce temps il commença à frotté sa verge sur le bas ventre de Harley. Il ne lui fallait pas grand chose pour pouvoir la pénétrer mais il faisait exprès de la frôler pour faire monter la tension. Il la serra contre lui puis il glissa ses mains le long des bras fin de la belle jusqu'aux poignets qu'il saisit fermement avant de les plaquer coutre le lit au dessus de se tête. Il la maintenait bloquer et se redressa sur ses bras ne gardant un contacte physique uniquement avec les poignets et sa verge. Il continuait les mouvements de va et viens pour faire monter le désir. Elle ne pouvait plus que se trémousser et onduler son pour se débattre.

Il finit par ajuster sa verge et au moment ou il la pénétra, il la mordit dans le coup comme si il était un vampire et voulant se régalé de son sang. Il ne la pénétra que avec le gland pour commencer, puis il la pénétra doucement, faisant de petits coups de va et viens. Il voulait aller doucement car elle était encore vierge et lui faire mal n'était pas ce qu'il y avait de mieux et une trop forte douleur pouvait la faire réaliser qu'elle ne rêvait pas. Plus les petits coups passaient et plus sa verge rentrait en elle, il alla jusqu'au bout, jusqu'au plus profond et poussait encore comme si il voulait aller encore plus loin. Après il retira sa verge doucement et une fois sortit entièrement il la re-rentra entièrement et en un mouvement. Il continuait ses mouvements jusqu'à ce qu'elle s'habitue, puis il accéléra les mouvement allant de plus en plus vite et de plus en plus fort, en prenant bien le temps de se retirer entièrement avant de la planter à nouveau. Quant sortir devenait de plus en plus dur il commença à ralentir et cette fois il retirait sa verge tous doucement comme si il allait la sortir mais garda toujours le contacte avant de l’empaler jusqu'au bout en une fois et le plus brutalement possible percutant le bassin et la faisant vibrer entièrement à chaque coups, avant de retirer la verge le plus lentement possible et recommencer. Il la regardait couiner et se trémousser alors qu'il la maintenait toujours fermement.

Voir le profil de l'utilisateur
Rêve, songe... Harley se croit dans l'imaginaire la ou les fantasmes prennent vie. Bien entendu, si elle était consciente que tout ce qui se passait était réel, jamais elle ne ce serait laissée faire même si elle était bien tentée. Elle se disait qu'en fait ce n'était pas si horrible si on partait d'un point de vue positif, elle se disait même qu'en fin de compte elle devrait se laisser aller pour être enfin débarrassée de Némesis même si au fond elle n'en avait pas envie, au contraire mais jamais, au grand jamais elle ne le dirait... Enfin.. C'est trop tard apparemment.

Elle appréciait les mille et unes caresses ne cherchant pas à se débattre. Quand il se montrait un peu plus violent, elle ne bronchait pas, au contraire elle gémissait ou bien couinait, ce qui mettait en valeur le fait qu'elle appréciait. Némesis apprenait des choses d'elle, Harley des choses d'elle aussi, par exemple elle apprenait que les quelques rudesses de sa part envers elle faisait s'accroitre en elle une envie indéfinissable. Il fallait cependant avouer qu'elle n'était pas à l'aide mais au moins elle avait eu la certitude qu'elle avait bon goût, c'était déjà un bon point. Petit à petit elle se détendait, seul ce moment comptait, elle se fichait du reste, en faite elle se fichait de tout.

Quand Némesis eu fini de la torturer au niveau de son intimité, elle espérait que ce serait fini, mais non ! Il la tortura encore ! Il bloqua ses poignets, elle ne pouvait plus bouger ni se débattre, au contraire, tout cela l'excitait encore plus, de se sentir impuissante. Sa verge frôlait son intimité, une grande envie était montée en elle, elle n'avait qu'une envie, qu'il entre en elle, qu'il fasse ce qu'il avait prévu de faire depuis un moment, son envie était à son maximum, elle le suppliait du regard. Elle attrapa ses lèvres avec ses dents avant de l'embrasser.

- Né... Némesis ne me fait plus attendre ! Je t'en supplie prends moi toute entière ! Maintenant je t'en conjure !


Elle le suppliait par ses paroles, par son expression et en bougeant légèrement son corps, montrant qu'elle ne pouvait plus attendre. Soudain, il entra en elle tout en la mordant. Elle poussa un cri, un cri de plaisir intense. Elle n'en pouvait plus, il avait enfin exaucé son souhait. Il commença de petits vas et viens, une légère douleur était la, mais une douleur qu'elle appréciait étrangement et qui lui arrachait des gémissements. Son corps s'habituait et appréciait énormément. Elle commençait presque à se lasser, son corps en voulait plus, beaucoup plus ! Il en redemandait ! À présent, les mouvements s'intensifiait, ses couinements aussi, ils étaient de plus en plus fort, même quand il y allait brutalement, elle adorait.

- Némesis... Encore... Je veux plus... Je t'en supplie..


La petite Harley se montrait capricieuse. Elle savait qu'elle était en infériorité par rapport à lui et pourtant, on aurait dit que c'était son rêve depuis toujours de se faire soumettre ainsi.

Voir le profil de l'utilisateur
Plus Némésis la culbutait avec force et plus elle en redemandait, plus il la m'attirais ait et plus elle appréciait. Il était impressionner de voir a quelle point le côté pervers qu'elle cachait en elle était fort, c'était la première fois qu'elle avait un rapport sexuelle et elle ne semblait jamais satisfaite. Il donnait de coups de bassins de plus en plus violant, a chaque fois qu'elle était frapper elle était comme pousser et Némésis avait plus l'impression de lui mettre une fesser que de la baiser. Mais a force il commençait a fatiguer et tous les muscles de son corps contracter par l'effort intense et le plaisir irrésistible se faisaient sentir en formant de petites crampes.

Il prit les jambes de Harley et les posa sur ses épaules pour rendre la pénétration encore plus profonde. Il lâcha les poignets pour la laisser libre de ses mouvements et fit bien attention de voir sa réaction si elle voulait absolument être prisonnière ou non. Plus il la pénétrait et plus il la sentait mouiller abondamment comme une fontaine inénarrable. Il commençait a sentir son désir monter a nouveau mais pour lui il était trop tôt, il n'avait que effleurer la belle et pas encore atteins 1% de ce qu'il voulait lui faire. Du coup quant il eu marre de cette nouvelle position, il attrapa les jambes et les jetas sur son côté droit en retirant sa verge. Il venait de jeter Harley comme une mal propre, comme après un viole et la laisser sur le côté a l'exception que lui n'avait pas encore éjaculer et donc n'en avait pas fini.

Ce moment de pause lui permit de faire baisser la pression et de se préparer a un second round. Il ne laissa pas la belle long temps toute seul, qui d'après ce qu'il avait vu avant aurait vite supplier ou n'aurait pas hésité a lui sauté dessus...
Se faire violer par Harley? L'idée n'était pas désagréable... Mais vu comme elle était il savait qu'il devrait juste la soumettre un poile pour qu'elle soit comme ça en vrais et la il aura tous le temps et le plaisir de se faire violer par elle.
Après ce léger papillonnage, il attrapa la belle par la taille et la ramena vers lui en la redressant pour qu'elle se mette a quatre patte en tendant le postérieur vers son nouveau maître. Ce dernier posa sa verge et la glissa le long de la raie des fesses comme on peut se masturber entre des seins. Il insistait en la tenant par la taille.

-Qui aurait cru que la pauvre et jeune psychologue appréciait tellement cela et qu'elle attende d'être dans ses rêves pour pouvoir l'apprécier? Et qui plus ai adore se faire soumettre! Maintenant dit moi qui est ton maître? Si tu ne répond pas je m'arrête et je te réveille.

Némésis adorait ce petit jeux qui lui permettait de manipuler sa belle comme bon lui semblait. Il attendait la réponse de Harley en caressant ses mains sur les fesses et les claquants si elle fessait mine de ne pas répondre ou de se tromper.
Quant il fut satisfait, il pris t'as verge et lui frappa la raie des fesses comme si c'était un matraque. Il la faisait languir et il adorait la voir lui supplier et remuant les fesses comme si il la prenait déjà. Il fit glisser le bout de son sexe tous du long frottant sur l'intimité et l'anus de la belle. L'intimité était brûlante et inondé a un telle point que sa verge manquait a chaque fois de rentrer très facilement si il ne faisait pas attention. Il l'ajusta jute devant l'anus de la belle et exerça de petits pressions pour le forcer a s'ouvrir doucement sans que jamais il ne la pénètre, comme si il essayait de forcer ce portail interdit. Il prit un grand recule et au moment ou elle s'attendait a se faire sodomiser violemment, il fit exprès de déraper et se planta dans la chatte au plus profond percutant l'utérus. Il commença ses vas et vient, se déchaînant comme une bête. Il la pris par les poignets et les tiras en arrière obligeant la belle a se relever. Elle tenait uniquement sur ses deux jambes et son torse tenait par bras retenu en arrière. Elle était comme attacher, soumise aux pénétrations profondes et violentes alors que ses seins dansaient dans les airs au rythme des chocs.

Némésis laissa en suite la belle tomber en avant, le buste vautrer au sol et les fesses tendu vers le ciel. Il lui mît les mains dans le dos, puis il lui ligota les mains dans le dos.

-Comme cela tu serras plus obéissante, je te trouve bien récalcitrante. Il est temps de te montrer une punissions exemplaire.

Elle était une fois de plus entravé mais le fou ne s'arrêta pas la pour assoir sa domination sur la pauvre et innocente psychologue, il alla l'attraper par les cheveux pas dans le bute de lui faire mal mais de l'asservir encore plus. Ses coups de reins ralentir prenant une allure lente sortant et la pénétrant jusqu'au plus profond. Elle avait été habitué à être brutaliser et il y allait doucement exprès pour la faire languir.

Voir le profil de l'utilisateur
L'atmosphère était chaude et plus agréable, ce qui changeait des quelques minutes ou heures précédentes. Puisque Harley était dans un rêve, à par le fait qu'elle savait qu'elle était dans un rêve, elle n'avait pas du tout la notion du temps. Jamais dans la potentielle réalité et aurait pensé autant apprécier l'acte, autant apprécier de faire l'amour avec Némesis. Malgré la douleur et la torture qu'elle subissait, tout lui paraissait très agréable, tellement agréable qu'elle ne pouvait imaginer que tout ce qui se passait actuellement n'était pas seulement le fruit de son imagination et de ses songes.

Harley en avait demandé plus, Némesis lui accorda son désire profond. Oui, il paraît que le rêve est le reflet des envies les plus profondes. Je dis bien rêve et non cauchemar qui contraste avec les désires. L'homme se montrait violent, il semblait se déchaîner tel un lion sur sa proie, telle une tempête sur un milieu, tel un feu ardent qui dévaste une forêt magnifique. Jamais elle n'avait pensé ressentir telle sensation une fois dans sa vie. Dans ses cris de plaisir profond elle ne se retenait pas, au contraire, elle exprimait sa parfaite satisfaction, que dis-je ! Son plaisir indescriptible. Elle se laissait aller, laissant Némesis s'occuper d'elle à sa guise, que ce soit au niveau de la position ou encore au niveau de la pénétration, tout lui allait. Elle subissait. Subir n'était pas le terme exacte, si elle subissait ce serait un supplice. Elle se disait que peu importe ce qu'il lui demanderait, elle ferait tout.

Némesis la jeta mais étrangement elle ne le prit pas mal. Elle en profitait pour reprendre ses esprits qui avaient été bouleversé par cet homme bien construit, bien fait et il fallait avouer qu'il allait être difficile pour la jeune femme de s'en remettre. Ah mais que dis-je ! C'est un rêve voyons ! Après un léger temps d'attente elle était déjà en manque, il avait perverti ses esprits même à travers les songes. Elle s'apprêtait à lui supplier encore et encore de la maltraiter comme il le faisait. Cependant, elle n'eut pas le temps, il la prit contre elle pour la mettre à quatre pattes. Son coeur battait à tout rompre car elle était à la fois anxieuse et excitée de découvrir ce qui l'attendait, ce qui lui réservait.

Maintenant elle devait l'appeler maitre et il la menaçait pour qu'elle le fasse. Étrangement, elle se risqua à le défier en restant silencieuse et attendre de voir ce qu'il se passerait. Bien entendu, elle se prit une fessée. C'était tellement prévisible ! Elle gémis à chacune de ses fessées avant de se décider à lui accorder son plaisir.

- C'est vous mon maître ! Quelle question ! Maitre Némesis.


À chacune des coup qu'elle se prenait de son membre, elle gémissait appréciant de plus en plus. Son corps en avait vraiment envie, son esprit aussi d'ailleurs ! Lorsqu'elle sentit sa verge contre ses fesses, elle commença à paniquer, elle voulait bien tout sauf se faire sodomiser. Alors qu'il s'apprêta à entre en elle, elle s'apprêta à hurler un non mais à sa grande surprise, elle n'en eut pas besoin, il la pénétra normalement ce qui la rassura grandement, même si elle sentit passer le coup violent et qu'elle y avait réagit en se cambrant tout en poussant un couinement qui ressemblait en fait plus à un miaulement de chat. Il était brutale et elle adorait cela, ses couinements étaient de plus en plus puissants, elle ne faisait même pas attention à si quelqu'un pouvait l'entendre de l'extérieur. Après tout elle est dans un rêve n'est-ce pas ? Elle était comme attachée, soumise entièrement à lui, en bref c'était parfait. Mais étrangement, elle avait envie de se rebeller pour l'embêter.

- Moi soumise pas du tout petit être insignifiant !


Elle avait été habituée à être brutalisée mais un peu de douceur ne faisait pas de mal. Elle imita un bâillement.

- Quand je disais que tu n'étais qu'un être insignifiant, une petite vermine, je n'avais pas tort à ce que je vois !


Elle lui tira la langue pour lui manquer encore plus de respect.

Voir le profil de l'utilisateur
La petite Harley était hargneuse et elle avait du caractère ce qui plaisait d'autant plus à Némésis. Elle semblait lui tenir tête et vouloir montrer qu'elle n'était pas la plus faible. Mais elle était déjà dans asservit aux désirs du psychopathe et le provoquer ne pouvait que l'inciter a être encore plus brusque, mais c'est visiblement ce qu'elle cherchait a faire.

-Si je suis une petite vermine insignifiante, tous tu es quoi? Car la vermine est entrain de te montrer a quelle point tu es en dessous d'elle.

Il continuait ses mouvements lents et n'hésitait pas a tirer les cheveux, lui faisant bouger la tête ou l'enfonçant dans le matelas. Némésis mît sa main au dessus de son épaule et l'agita comme une marionnette et la fit parler comme une parfait ventriloque.

-Regarde comme c'est drôle, le jouet d'une vermine qui veux tenter de faire la chef. Que dois-je en faire?

-Baise la et monte lui qui est le mâle ici.

-Attend, soit gentil avec elle est vierge et quelle frustration ce serrait de...

-BAISE LA!!!!!

-Okay ne t'énerve pas mais dit moi ce que je dois faire?

-La soumettre a toi que son esprit soit brisé et devienne ton esclave sexuelle. Baise et violante la jusqu'à ce qu'elle s'avoue vaincu, mouahahahaha

-Mais ça peux prendre la nuit entière et dans un rêve le temps n'existe pas?

La marionnette se tourna vers Harley avec un sourire démoniaque en guise d'approbation afin qu'elle comprenne bien. La marionnette redeviens la main de Némésis et alla pincer le clitoris alors qu'il l'empalait en même temps avec force pour la faire crier.

-Et même plus que la nuit...

Chuchotta-t-il a l'oreille avant de continuer avec ses coups secs. Ne pouvant de relever seul, il aida la belle pour qu'elle soit bien droite. Il était coller contre son dos lui massant les seins et lui mordillant l'oreille. Cette position était génial car en plus de pouvoir se frotter contre elle il avait suffisamment de mouvements ample pour descendre bien bas et remonter très haut. Il faisait profiter a la chatte de Harley de la totalité de la longueur de sa verge qui glissait sans difficulté. Vu la posture et l'érection, la verge était pousser en avant et frottait contre la parois ventral de l'intimité comme si le gland voulait former une bosse qui se déplace sur le bas ventre. Moins elle se comblerait et plus la verge appuyait ainsi que frottait de sa longueur sur le petit anus serrer, et plus elle se cambrait et plus la verge pouvait aller profondément et frapper l'utérus comme si elle voulait rentrer dedans de force.

Némésis continua sa torture sexuelle en se retirant complètement de la belle pour s'assoir sur ses talons. Il maintien sa verge avec une main et de l'autre il la tire de façon sèche en arrière pour la faire perdre l'équilibre. Les mains attacher elle ne pouvait amortir sa chute pour tomber les fesses les premières et s'empaler de tous son poids sur la verge tendu et accueillante. Une fois de plus l'intimité de Harley était mise a rude épreuve surtout pour une première fois. Il la serra dans ses bras en ondulant ses hanches pour faire de petites pénétration délicates et faire monter le désir sauvage.

-Alors on ne fait plus la maligne maintenant? J'ai assez bosser, c'est a toi de bouger et soit un minimum convaincante, je te l'ordonne.

Voir le profil de l'utilisateur
La nuit s'était annoncée merveilleusement belle pour Harley, à travers son "rêve", elle révélait ses envies les plus profondes, elle osait tout, que ce soit lui donner du plaisir, ou bien qu'il parcours ses mains sur son corps, toutes les caresses mais aussi qu'il la possède et même qu'il la soumette à ses envies. Se faire soumettre n'était pas un de ses désires cependant, elle se laissa tenter par l'expérience, à travers ses songes elle pourrait savoir si cela lui plairait ou non. Elle se laissa faire, à vrai dire elle n'avait pas trop le choix et tout cela l'excitait et la faisait mouiller. Effectivement, si il était une vermine, elle qui était soumise à lui n'était vraiment rien dans ce cas, il n'avait pas besoin de le lui prouver, elle l'avait très bien remarqué et très bien compris, elle n'opposa donc pas de résistance, ce serait inutile, au contraire, elle acquiesça à ses dires.

- Effectivement maitre. Vous avez tout à fait raison.


Étrangement elle commençait à aimer l'appeler ainsi, l'excitation montait en elle à chacun de ses propos, en fait elle stressait, elle avait peur de voir ce qui l'attendait mais elle avait quand même très envie de subir son courroux. Elle resta silencieuse, elle ne dit rien, elle ne chercha même pas à broncher. Après quelques instants de silence et qu'elle avait eu le temps de le prendre pour un schizophrène, elle se décida enfin à dire quelque chose même si elle n'eu pas le temps avant d'entendre un autre de ses propos. Elle sourit avant de lui mordiller doucement la joue et de enfin lui répondre après tant d'attente dont elle avait fait preuve par respect envers son maître.

- Ne vous laissez pas prier maître, même si ça doit durer toute la nuit.


Elle le laissait manipuler son corps, se faisant légère pour qu'il puisse la manipuler à sa guise. Tout contre son torse nu, la chaleur de son corps l'envahissait et lui faisait un bien fou ne lui donnant en aucun cas l'envie de fuir, au contraire même ! À chacun de ses mouvements elle gémissait sans se retenir, elle n'hésitait pas pour montrer son plaisir à Némesis, après tout pourquoi le cacher ? Il devait sans doute se douter qu'il était très doué, bien sur, il était ainsi dans les rêves mais peut-être pas dans la réalité et bien entendu elle garderait son rêve et des sentiments renforcés qu'elle avait éprouvé envers son geôlier pour elle.

Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, elle se sentit comme vidée, il n'était plus du tout en elle. À croire que cela lui manquait, en même temps, son intimité avait été habitué à être maltraité et bien occupée disons. Elle se laissa surprendre lorsqu'il la pénétra d'un coup sans la ménager. Elle poussa un cri strident, elle eu le souffle coupé sur le coup. Elle se mit à tousser avant de reprendre son souffle, elle avait même eu une petite larme sur sa joue. Ce n'était pas que la douleur mais la fatigue aussi, et bien quoi vous pensiez vraiment qu'elle allait s'avouer vaincue juste à cause ça ? Et bien oui vous avez raison.

- Non vous avez raison...


Cependant elle avait reçu un ordre mais il fallait avouer que la fatigue l'avait gagné et cela se voyait sur son visage. Et puis bon, pour sa première fois elle avait déjà enduré pas mal de chose. Elle tenta quand même quelques vas et viens mais au bout de quelques uns, alors qu'elle avait fait de son mieux, elle ne pouvait pas en faire plus.

- En espérant que ça vous convienne... Je ne peux pas faire plus... Mais si vous voulez... Vous pouvez continuer à vous amuser mais bon...


Elle s'appuya complètement contre lui. Elle ne pouvait pas faire plus ni même s'aider de ses bras puisqu'elle était attachée, d'ailleurs ses poignets resteront sans doute marqués quelques temps.

Voir le profil de l'utilisateur
Némésis était dessus qu'elle ne bouge si peu de temps, mais après tous elle avant déjà pris pas mal et la nuit n'était pas encore fini. Son excitation était déjà bien forte mais il savait qu'il pouvait encore tenir la distance le temps d'un dernier bouquet final afin de lui faire tourner la tête. Il la poussa en avant pour qu'elle tombe et soit allonger de tous son long sur le ventre. Il s’allongea doucement sur elle et glissa a verge le long de l’intérieur des cuisses faisant des va et vient puis il lui permettra son intimité. La verge était tordu forçant sur les parois de la chatte et frottant le long de la raie des fesses. Il ne pouvait pas la pénétrer profondément dans cette position mais en contre partie il pouvait stimuler d'autres zones sensibles et lui donner de nouvelles sensations. Il commença ses va et vient donnant beaucoup de forces dans ses pénétrations claquant à chaque fois de ses reins le postérieur de la belle comme si il voulait lui donner une fesser ou cherchait a lui faire traverser le matelas.

-Va y crie ma belle, on pourra se reposer en suite.

Chaque mouvement devant une torture pour lui tellement le plaisir était instance et tellement il avait envie de jouir. Il se retenait au maximum faisant pour qu'elle croule sous le plaisir et crack au point de lui supplier de finir. Il finit par se positionner en hauteur et attrapa la bassin de la belle en la relevant et l’empalant très profondément en éjaculant tous le plaisir au font d'elle.

-Hoooooo oui c'est bon.

Il déversait toute sa semance dans un grognement de jouissance contractant tous ses muscles devant le plaisir jubilatoire. Il s'axtasiait du telle boheur qu'il vivait celui d'avoir coucher avec sa petite Harley et surtout de lui avoir volé sa chasteté sans aucune vergogne et aucune douceur. Il resta un moment ainsi se rememorant chaques secondes de ce qu'il venait de se passer. Il sentait son serme s'écouler et elle ce qui lui tira un sourire machiavélique, et si elle tombait enceinte?

Il la laissa se reposer contre le lit, il s'allongea a côté d'elle et l'embrasssa lengoureusement et glissant sa mains sur la peau de Harley. Elle portait encore sa nuisette sur elle de facon débraillé après la brutalité qu'elle avait subit? Il fut tenter un moment de lui arracher, mais la prendre alors qu'elle était encore habillé et attacher l'excitait encore plus. Il avait bien comprit que la mordre dans le coup lui pocurait beaucoup de plaisir et il en profia, la léchant, mordant, embrassant, il faisait tous pour ne pas faire baisser cette tenssion sexuelle. Il la détacha gentiment et resta très doux en contradiction avec son côté brutal au lit.

-Repose toi ma belle, la nuit ne fait que commencer...

Voir le profil de l'utilisateur
Harley n'en pouvait plus et Némesis l'avait bien comprit, il ne l'obligea pas à continuer, au contraire, il changea la position, elle se retrouva allongée, c'était beaucoup plus facile pour elle. Elle ne chercha pas à se débattre au contraire, elle le laissa faire. Il la faisait languir, elle découvrait des sensations très agréables et cela lui donnait encore moins envie d'arrêter. Il faisait à nouveau monter son envie. Elle avait un regard qui lui suppliait de continuer. Il reprit donc ses vas-et-viens, il ne la ménageait pas, elle, elle couinait, n'importe qui pouvait l'entendre mais du fait "qu'elle soit dans un rêve" faisait qu'elle s'en fichait complètement, elle n'avait aucune retenue, aucune honte et c'était très bien ainsi. Même lui il l'incitait à crier, mais ce n'était pas parce qu'il lui avait demandé qu'elle le faisait, c'était parce qu'elle ne pouvait retenir le plaisir qu'il lui procurait.

- Né.. Némesis.. Je.. J'en t'en supplie...


À travers son regard et ses paroles on pouvait deviner qu'elle lui suppliait de finir. Et c'est alors que sans retenue il éjacula en elle, elle poussa un dernier couinement avant de sentir toute la semence la pénétrer. C'était à la fois bizarre et agréable. Il resta en elle, elle se demandait pourquoi mais il fallait avouer que ça lui était complètement égal et qu'au contraire, elle y avait vraiment prit goût. Elle tourna son visage vers lui observant son sourire machiavélique.

- Pourquoi ce sourire effrayant ?


C'est alors qu'il la laissa s'allonger, cependant, les mains attachée dans son dos ne rendait pas cette position très confortable. Elle était dos à lui, il s'attaqua à son cou, elle adorait cela, elle poussait même de petits gémissements, et en plus il détacha ses mains, c'était vraiment très gentil de sa part. Les liens avaient d'ailleurs laissés des marques sur ses poignets, preuves de sa soumission. Elle se retourna pour être face à lui puis elle prit sa main dans la sienne. Elle ferma les yeux et au bout de quelques instants, elle s'endormit.

Des minutes ou des heures après ce rêve étrange, cela elle ne le savait pas, elle se réveilla doucement dans son bureau sombre. Elle était embarrassée de son rêve mais il fallait avouer qu'elle avait adoré. Elle se leva de son canapé lit, constatant une légère douleur au niveau de son intimité. Elle retira en même temps sa nuisette, se retrouvant entièrement nue. La lumière était éteinte, elle alla donc l'allumer et lorsqu'elle se tourna vers son lit elle vit Némesis. Elle vint vers lui en courant et constata qu'il respirait normalement qu'il était bel et bien vivant.

- Né.. Némesis ?! C'était bien toi ?! Et tu es vivant ?!


Un sourire illumina son visage elle lui sauta presque dessus alors qu'il était allongé, elle se retrouva allongée sur lui. Elle se redressa et constata sa tenue.

- Oulala que je suis indécente de me montrer ainsi !


Elle se couvrit donc d'un peignoir qui se trouvait à côté du li en quatrième vitesse puis elle retourna s'assoir au pied du lit. D'ailleurs, elle se rappela d'avoir verrouillé la porte mais qu'il ai réussi à entrer ne l'étonnait pas ! Cependant elle se demandait ce qu'il faisait la.

- Dis-moi.. Que tu sois entré pourquoi pas mais.. Pourquoi es-tu ici ?

Voir le profil de l'utilisateur
Némésis se reposa un peu, mais quant il reprit du poile de la bête il se tourna vers Harley avant de constaté qu'elle dormait comme un bébé. Il fut un peu frustrer que son rêve se finisse aussi vite et surtout après le plan de génie qu'il venait de mettre au point seulement pour elle. Il renversa la belle sur le dos et constata qu'elle avait un sommeil particulièrement lourd pour le moment, il avait dus vraiment l'épuiser. Puis il lui écarta les cuisses et la pénétra nouveau, il la baisait avec passion toujours surpris qu'elle ne se réveille toujours pas. Il n'aimait pas vraiment faire cela car ça manquait de vie, c'est pour ça qu'il affectionnait l'amour sauvage et le viole, mai la il ne pouvait plus résister à cette perle rare. Il finit sa nouvelle performance par une éjaculation impressionnante remplissant une fois de plus l'intimité de la belle. Cette fois ci il était a bout de souffle avec ses muscles endoloris par l'effort. Il se coucha a côté d'elle après l'embrasser et la recouvrir de son drap.

Il fut réveiller par un petit cris strident et par un poids qui lui tombait dessus. Dans une expiration a bout de souffle il tenta d'émerger devant ce réveille si brutal. Il ouvrit les yeux et vit Harley complètement nu sur lui a le palper comme si elle voulait être sur que c'était pas un rêve. Il attrapa les fesses a pleines mains pour qu'elle prenne conscience de sa nudité et la laissa vite se relever.

-Oui oui c'est moi, je suis bien vivant, malgré ta tentative d'assassinat.

Il avait du mal a se réveiller car sa nuit avait été relativement courte mais il finit par se lever lui aussi complètement nu.
Et profita de la surprise pour s'approcher d'elle et l'attrapa par le poignet pour ne pas qu'elle ne puisse le frapper ou fuir. Après lui voler un baiser sans vergogne, il se colla a elle lui plaquant les fesses contre son propre bureau. Maintenant qu'elle ne pouvait ni se défendre, ni fuir, il fit durer le baiser en attendant qu'elle se retire elle même. Forcer de tourner la tête pour fuir le baisé machiavélique, Némésis qui avait prévu le coup la mordit dans le coup qu'elle lui tendait par une simple erreur. Il ne mordait pas pour faire mal mais pour déranger comme pour provoquer en elle une sensation enfouie et inconnu.
Il finit par sauter en arriver la laissant brutalement libre de ses mouvements. Il passa son avant bras sur la joue pour effacer une légère coulé de salive comme un vampire effacerait une perle de sang.

-Quel délicieuse sensation, je viens de prendre un repas inouï.

Il était perdu dans ses pensées parlant avec emphase et passion, comme si il cherchait l'approbation des autres. Il continua excité comme une puce.

-Tu l'as ressentit aussi...

Il ne lui laissa pas le temps de répondre.

-Bien sur que tu l'as sentit ce délicat gout de glace a la fraise avec une sauce vanille et son coulis chocolat...

Il écarta les bras et tourna sur lui comme si il voulait décoller.

-Je vole, ouiiiiiiii je voleeeeee...

Il attrapa Harley par la taille et la souleva pour tourner.

-Tu vole toi aussiiiiiiii.

Puis il la jeta sur le lit pour ne pas lui faire mal avant de sauter aussi dessus mais bien à côté d'elle.

-Ha non tu vole pas! Rabat joie! Haaaa il fait chaud.

Et il se couvrit de la couverture.

-Tu as compris pourquoi je suis là maintenant?

Il attendit sa réponse.

-Mais non pour dormir, car ton lit et plus douillet que le miens. Je te le ferais tester, tu verras c'est incomparable. Et aussi je suis venu chercher quelque chose mais ça ce n'est pas encore le moment...

Et il se mît en boule bien couvert dos à sa Psy comme si il boudait alors que tous le monde savaient que ce n'était pas le cas.

Voir le profil de l'utilisateur
Harley était heureuse de le voir en vie, de savoir qu'elle n'avait pas commit le meurtre qu'elle avait peur d'avoir fait. Cependant, elle ne comprenait pas pourquoi Nemesis et elle étaient nus. Enfin elle, si, puisqu'elle avait dormis et qu'elle avait sans doute du se déshabiller pendant son sommeil mais pour Némesis elle ne comprenait pas. Étrangement, elle avait l'impression d'avoir tout oublié, comme si elle avait oublié quelque chose d'important mais elle ne savait quoi. D'ailleurs, tout son corps était endolori comme si elle avait été torturée ou violée mais elle se disait qu'elle avait sans doute mal dormi et qu'elle avait du s'agiter dans son sommeil et ainsi dormir dans des positions étranges.

Soudain, elle fut sortie de ses pensées par le jeune homme qui semblait la prendre en otage. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait, elle ne le comprenait pas, tout simplement. Était-il fou ? Bien sur qu'il l'était mais étrangement elle l'enviait, elle, elle était complètement coincée à côté de lui. Elle fut surprise d'être embrassée cependant, sur le coup elle ne le repoussa pas mais cela vint un eu après puis il lui mordit le cou lui faisant échapper un gémissement. C'était elle qui avait fait ce bruit ? Apparemment oui. Elle écoutait chacune de ses paroles sans vraiment comprendre cependant elle esquissa un sourire, il semblait plein de vie, en effet, elle était rassurée et puis il l'amusait, en fait elle n'avait pas l'impression d'être face à un fou mais face à un enfant, elle voulait comme le protéger. Puis elle finit sur le lit sans trop comprendre ayant été un peu balancée n'importe comment, elle, elle cherchait juste à rester couverte. C'est alors qu'il finit en boule sur le côté, il était dos à elle. Harley se colla contre son dos et lui caressa la tête comme une mère à son enfant.

- Tu es fou... Tu ressembles à un enfant... C'est adorable.


C'était sans doute une des premières fois, en dehors de son rêve, qu'elle se comportait aussi familièrement avec lui. Cependant, une question trottait dans sa tête. Elle se redressa, se retrouvant assise.

- Dis-moi qu'est-ce que tu es venu chercher ? Peut-être que je pourrais t'aider ?


En fait, elle était un peu perdu, elle n'arrivait pas vraiment à le considérer comme un criminel en le voyant ainsi, tout ce qu'elle pensait de lui semblait s'effondrer. Un mal de crâne pointa le bout de son nez, elle se laissa tomber en arrière, une main sur le visage.

- Oooh... Ma tête... J'ai l'impression d'avoir oublié tellement de chose... J'aimerais tellement sortir quelques instants... De l'air...


Elle ferma les yeux, elle avait l'impression que cela faisait des siècles qu'elle n'avait pas quitté son bureau. À force de rester à l'intérieur elle commençait à se sentir un peu mal. Ce qu'elle savait, elle en était sur, et c'était la seule chose dont elle se rappelait, c'était qu'elle ne pouvait pas du tout sortir, qu'elle était enfermée à l'intérieur et que cela finirait par être trop pour elle.

- S'il te plait... Je reviendrais ensuite ici en tant que ton otage à nouveau mais... S'il te plait..

Voir le profil de l'utilisateur
Némésis fit un petit saut se retournant stupéfait de la réaction de la belle. Indirectement elle s'offrait a lui si il lui permettait de prendre l'air. Il avait enfin une possibilité de l'obtenir sans aucune difficulté mais intérieurement il ne savait pas si réfléchir pour lui ou réfléchir a haute voix était mieux? Ou peux être qu'une dinde aux marrons et au pommes serrait plus a même à une réflexion, ou a moins que ce soit la folie ou la justice.
Il lui posa la main sur la joue lui caressant avec un demi sourire uniquement d'un côté. La tête qu'il avait était étrange car une moutier de visage était d'un satisfaction pervers alors que la seconde était sérieux et séducteur. On aurait pût même imaginer qu'il avait développer un seconde personnalité.

-J'aime bien ton idée et je dirais que tu as eu une bonne idée sachant que les équivalences sont juste.

Il se leva en commença a marche oubliant complètement qu'il était nu comme un ver.

-Mais réfléchissons si tu ne deviens que mon otage je serrais perdant. Sachant que je suis en prison, les gardiens de l'hérésie qu'est la loi actuel ne finirons par se rendre conte que je suis vivant et que je suis dans ton bureau et ils me captureront ou me tueront pour te sauver d'une prise d'otage...

Il s'approcha d'elle et mettant sa main en pince prenant les deux joues de Harley il effectua de légères pressions pour faire bouger les lèvres et lui montant sa voie dans les aiguës d'une façon ridicule pour faire croire a des spectateurs imaginaires que c'était elle qui parlait.

"C'est vrais M. Némésis je n'y avais pas penser"

-Et alors chercherais tu a m'avoir?

Il la lâcha et changea complètement, maintenant c'est lui qui fera les deux personnages de déplaçant d'un pas a chaque fois comme si il réalisait une pièce de theatre seul.

"Non bien sur que non mon maître je suis désolé de vous importuner"

-Maître dis-tu?

"Oui, vous êtes tous pour moi"

Si Harley faisait mine de faire un bruit comme pour parler et lui dire d'arrêté, il se lèverait de toute sa hauteur en pointant un doigt vers elle en disant de façon teatrale "ne m'importune pas chien, un comédie telle que moi se doit d'être écouté en silence" avant de reprendre.

-Oui bien sur ma douce tu as raison, j'accepte de t'amener dehors mais en contre partie tu serras mienne, je serrais ton maître et tu devras m'obéir.

Il attrapa le drap du lit et la mît sur ses épaules telle une cape envelopper autour de son coup tombant comme un long pencho. Il se précipita vers la bibliothèque qu'il avait dévaliser plus tôt.

-T'ai je déjà raconter l'histoire de cette prison? Ne t'en fais pas ce serra rapide. Cette prison est un ancien château, et dans les châteaux il y a...?

Il sortit une clef cacher dans un double font de son livre précieux et la glissa dans un trou du mur qui ressemblait plus a une énorme fissure. Il la fit tourner et un petit cliquetis retenti. Il attrapa l'armoire et l'ouvrit comme une porte réveillant un étrange trou ou l'on pouvait distinguer une échelle rudimentaire mais solide.

-Il y a des cheminées.

Cette cheminée était très large et montait sur une vingtaine de mètre pour arriver sur une trappe et débouchant sur le toit de la tour la plus haute de la prison au dessus même des miradors. Les gardiens avaient cru condamner le toit mais Némésis l'avait transformer en terrasse et piste de décollage pour deltaplane.
Avant de l'autoriser a monter il se mît devant l'ouverture et alors que Harley s'approchait stupéfaite de voir l'existence de cette ouverture, il fit un pas vers elle et lui vola un baiser. Cela était avant tous pour son bon plaisir mais aussi pour la faire reculer et pas se précipiter dans l'ouverture sans avoir conclue le pacte.

-Alors marcher conclu?

Il tendit la main vers elle avec un large sourire, attendant de savoir si elle choisissait de lui posséder ou non. Il était près a refermer la porte au cas ou elle refuserait et tous les deux étaient conscient que si les gardes connaissaient l'existence de cette ouverture elle ne pourrait plus jamais l'emprunté.
Il attendrirait sans bouger la réponse et si elle était positive il serrerait la mains avant de se bouger pour la laisser passer et de lui claquer les fesses au passage et rigolant "en route mauvaise troupe"

Voir le profil de l'utilisateur
Sur le coup, pour un peu d'air, Harley aurait été prête à accepter. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle accepta de le suivre. Elle ne releva pas la comédie ridicule et grotesque qu'il avait fait, après tout, on lui avait appris à garder son sang froid. Ce qui l'étonnait c'était qu'il en sache autant sur cette prison mais maintenant au moins, elle savait pourquoi il arrivait à s'évader aussi rapidement. C'est sans se poser de réelle question qu'elle le suivit. Cependant, avant toute chose elle passa par la case habillage. Parce que rester nue n'était vraiment pas son fort. Elle s'habilla donc. Tout en s'habillant, elle sentait une douleur à l'entre-jambe. Elle réfléchit, il était nu, elle était nue... Elle avait compris cependant elle resta impassible. Donc tout ce qu'elle avait vu n'était  pas un rêve. Au moins elle s'était fait plaisir pour sa première fois et avait moins peur qu'avant étrangement. Elle s'était revêtue très rapidement et avait prit soin de rejoindre Némesis avant qu'il ne se demande ce qu'elle faisait. En chemin, elle remarqua une caméra cachée dans la bouche d'aération. Il avait osé filmer cette nuit ?! Elle ouvrit la grille curieuse, cependant,  la caméra tomba au sol. Celle-ci se brisa en pleins de morceaux, elle était inutilisable et la vidéo irrécupérable.

- Qu'est-ce que.. ?


Elle arriva enfin à côté de Némesis. Elle mit du temps à répondre, à faire le serment du pacte, elle profita de l'air avant de le regarder et de lui sourire.

- Non !


Elle prit un couteau bien aiguisé dans sa poche qu'elle mit au niveau de son cou comme une menace, celui-ci laissa couler un peu de sang.

- Je ne pensais pas que tu irais jusqu'à filmé. Étrangement, si tu ne t'étais pas comporté d'une manière aussi barbare tout aurait été à ton avantage. J'espère que tu as bien profité de cette nuit ! Parce que tu n'en n'aura pas d'autre avec moi de si tôt, si t'es sage ça pourra s'arranger ! Il faut avouer que tu étais un bon coup !


Elle lui mit un coup de pied bien placé et un coup de couteau dans l'épaule. Pour monter en haut de la cheminer, il y avait comme des prises, comme une échelle. Elle profita donc du déséquilibre pour sortir, en haut il y avait comme une trappe , elle l'ouvrit et sortie. Celle-ci était faite de métal. Elle brûla le contour question de la déformer et de rendre son ouverture impossible. Elle en avait profité pour envoyer un message aux gardiens de prison. Elle s'assied par terre reprenant son souffle, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait ça de plus, cette nuit l'avait épuisée, de ce fait sa résistance était moindre mais elle avait enfin réussi à reprendre du poil de la bête. Maintenant elle n'avait plus qu'à attendre, elle espérait que cette fois-ci il n'y avait aucune autre issue, autrement elle savait qu'elle était perdue. En vérité cela la dérangeait car étrangement elle adorait ce fou mais cette fois-ci il était allé trop loin et elle subissait une trop grosse pression, elle a en quelque sorte était obligé de profiter de la première sortie de secours de ce calvaire.

Voir le profil de l'utilisateur
Le coup genital et le coup de couteau avant l'avait bien déstabilisé. Il avait pourtant l'habitude de la douleur, la torture et l'agression. Mais il ne fut pas vexé mais excité, physiquement, sexuellement, et psychologiquement. La douleur est un aphrodisiaque violent pour lui. Il tomba immédiatement a terre se serrant la tête, griffant ses cheveux avec les ongles, retenant comme une force obscure au fond de lui. Harley ne remarqua pas son attitude avant de monter dans le conduit. Il se mit à murmurer, chuchoter, a dire des paroles qui ne pouvait être entendu que par lui, comme s'il se parle à lui-même, comme si sa folie se réveillait:

- c'est trop tentant, c'est trop tentant, il faut tenir. Cette douleur, ce délice, il me la faut. Je dois tenir, je dois tenir, je dois tenir...
Je ne dois pas le tuer, je ne dois pas la violer, il faut tenir, tenir encore un peu, tenir encore un tout petit peu...

Il était comme extasié au bout de la folie, au bout de sa folie. Tout se perturbé dans sa tête, il n'était plus que douleur, extase, plaisir, folie. Sa tête et son visage pourrait faire peur tellement elle est déformé par son désir insouciant.

Il est ça la belle sans attirer son attention, et sans bruit dans une profonde solitude renfermé retenant chaque pulsion chaotique de son être, il ferma le passage secret sans un seul couinement. Il verrouilla le passage secret de façon parce que personne ne le remarque il s'assit par terre dos à celui-ci. Il sortit un briquet de sa poche et commença à jouer en l'allumant et l'eteignant. À sa droite par terre, dépassant de la bibliothèque, une mèche d'artillerie traînait au sol. Nemesis faisait un effort inconsidérable pour ne pas allumer cette mèche. Il savait très bien ce que c'était, cette mèche était relié à environ 400 kg explosif caché dans le conduit du passage secret. Allumer cette mèche reviendrai à désintégrer la totalité du conduit, de la cheminée du bureau, et de un dixième de la totalité de la prison. Il ne cherchez pas se suicider, il avait envie de tuer, d'exploser, de voir des flammes. Les dégâts que Harley j'avais fait avez-vous oublié chez lui un désir de mort un semblable. Les explosifs qui avait été placer-la était dans le seul but de lui laisser une porte de sortie gigantesque en cas de dernier recours ou de détruire sa psychologue préféré si il venait de la perdre. Le psychopathe se retenait encore d'allumer la mèche, quand son attention fut attiré par un petit bip dans sa poche. Il sortit un talkie-walkie de cette même poche et regarda le dispositif électronique qu'il avait lui-même bricoler dessus. Aussitôt il se mit à explosé de rire, un rire fou, un rire puissant, en rire de victoire. Il se leva aussitôt d'un bon jeta son briquet commun basketteur à travers la pièce visant une poubelle imaginaire. Après une légère danse de victoire comme si il avait marqué un panier alors que le briquet jonchaient le sol mal rangée, il sauta sur son talkie-walkie se jeta sur le siège de bureau qui avec de l'élan fit deux tour sur lui-même et posa les pieds sur le bureau comme s'il en était le propriétaire, et prenant tous les aises. Il était peut-être fou mais son sens de la stratégie était inégalable. Le fourbe avez passé un haut-parleur sur le toit se disant qu'un jour ou l'autre elle chercherait à s'enfuir et à s'enfermer sur le toit. Quand il appuya sur le bouton du talkie-walkie, il y une petite explosion sur le toit non loin d'Harley. Sur un mur à côté d'elle de petit explosif liberairent un poster qui se déroulait. Sur le poster il y avait Nemesis avec un large sourire le doigt pointé vers son lecteur, des balance de la justice disposer partout autour de lui disant bienvenue dans l'antre de la folie, bienvenue à la fête, bienvenue à votre jugement, et en bas du poster il y avait un petit autographe écrit à la main.
"Bienvenue ma petite Harley surtout fais comme chez toi, bisous"

Avec un large sourire amusé Nemesis appuya sur le talkie-walkie et se mit à parler dedans. Aussitôt Savoie fut retranscrite sur le toit dans une dizaine de petit haut-parleur caché.

- Alors ma chérie, tu m'abandonnes après notre première lune de miel. Ce n'est pas vrai tu n'es pas aussi méchant que ça? Je te croyais et un peu plus intelligente ou du moins je croyais que tu me connaissez un peu mieux. Je te rappelle que toute la prison et mon terrain de jeu. Il est très stupide pour une princesse de blesser son prince charmant en lui laissant les clés du donjon, car c'est moi qui gère l'ouverture du passage secret. Ah oui et petit aparté j'en profite pour te dire que des armoires à glace de gardien nous pourrons pas venir à la rescousse, j'ai un brouilleur qui fonctionne très bien.

Il se mit à exploser de rire, le rire du vainqueur.

- En clair il te reste que quelques possibilités. Tu remarque la noblesse de mon geste ne limitons pas les possibilités et le nombre de choix. Pour faire clair sois tu te met à crier très fort pour attirer l'attention. Mais tu sais très bien qu'il suffit que je sorte dans les couloirs pour déclarer une mutinerie au sein de la prison ne laissant aucunement le temps aux gardes d'entendre des appels à l'aide. Tu peux attendre autant que tu veux sur le toit cela ne me dérange pas, par contre ils ont prévu de la pluie ce soir. Il y a le fait aussi que tu puisses assumer les conséquences venir t'excuser et je te jugerai pour tes actes que tu m'as fait. Avec un petit peu de fantaisie quand même sinon tu n'aimerais pas. Ah et je crois que j'ai oublié quelque chose? Ah oui ! Si tu veux avoir la folie de sauter sur le balcon qui est la seule passerelle te permettant de descendre? Je te rappelle que cette passerelle et le balcon de sortie des prisonniers accusé de viole grave. Pour dire tous les prisonniers ayant accès à cette zone ne passeront dessus une bonne dizaine de fois avant un seul garde puis se rendre compte de ta présence. Après ça devient très compliqué parce que je devrais torturé chacun de ces hommes pour ce qu'ils seront faites, faire sauter cette aile de la prison, massacré les gardiens qui sont arrivés trop tard, donc tu vois trop de problèmes en perspective. Alors ma belle j'ai hâte de voir quelle est la réponse. Tu peux me répondre par ton téléphone avec lequel tu as les gardes je l'entendrai très bien.

Voir le profil de l'utilisateur
En partant, Harley se doutait que le coup dans ses parties génitales et le coup de couteau ne le laisseraient pas sans douleur, cependant, elle ne se doutait pas du tout de ce qu'il se passait dans sa tête actuellement. En fait, elle s'en fichait pas mal, il l'avait bien cherché ! Il n'avait eu que ce qu'il méritait ! Peu lui importait, elle devait juste partir, même si au fond elle savait bien que leur chemin se recroiserait et ce plus tôt qu'elle ne le pensait.

Enfin elle était dehors ! L'air pur de l'extérieur lui avait manqué et le revoir enfin lui faisait du bien. Du moment qu'elle pouvait rester un peu seule et tranquille, elle était comblée. Elle s'assied par terre pour à la fois se poser tranquillement mais surtout réfléchir à un moyen de sortir d'ici et de retourner chez elle, après tout elle l'avait bien mérité après cette nuit torride passée avec Némesis qui d'ailleurs en y réfléchissant bien n'était pas si mal que cela mais il valait mieux ne pas y penser.

Alors qu'elle s'était posée tranquillement, il fallut qu'une voix qu'elle connaissait bien l'interrompe dans ses pensées. Incroyable quand même ! Il la suit jusqu'au bout... Comme un petit toutou. Elle reprit un peu ses esprits, plus histoire de la fille fragile, elle avait assez joué la comédie après tout, de toute façon il la connaissait bien assez. La psychologue se mit à rire.

- Dis ce que tu veux je m'en fiche. Tu peux parler toi, si tu es si doué que ça vient me rejoindre puisque tu ne crains rien. Et puisque tu ne peux te passer de moi, la preuve tu me sus jusqu'ici, je suis touchée mon cher. Mais ce n'est pas tout, je dois partir, j'ai d'autres chats à fouetter. Je te dis à demain si tu es sage je viendrais te voir.


L'ironie d'Harley se faisait bien entendre. Mais au fond elle se fichait pas mal de tout, et puis de toute façon elle savait que n'importe ou elle irait il pourrait la retrouver, c'est bien beau d'essayer de lui faire peur mais en travaillant dans cette prison elle avait prit les précautions qui lui avaient été demandé, c'est à dire apprendre à se défendre. Cependant contre Némesis c'était différent, lui il avait un petit quelque chose qui lui plaisait et qui le rendait attirant.

- Tu oublies deux choses, la première, je sais me défendre et la deuxième c'est qu'à cette heure la aucun prisonnier n'a le droit ni le pouvoir de sortir sur le balcon et sous aucun prétexte ! C'est la règle et peu importe ce que tu diras cela ne changera pas.


Harley se releva et regarda autour d'elle, elle regarda le paysage, la ville qui apparaissait au loin. Elle réfléchit deux minutes avant de se tourner vers le grand Némesis.

- Écoute mon bureau la ça ne me dit rien. En fait le prison tout simplement ne me dit rien. Donc non désolé pour toi, je sais que tu ne peux te passer de moi mais je me casse. Bye.


Harley saute du balcon tout en se pressant, on ne sait jamais après tout, elle rejoint le couloir principal et quitta les lieux.

Voir le profil de l'utilisateur
Nemesis avait finit par se calmer et siégeait calmement sur le bureau de la psychologue ou il ne quittait pas l'écran des yeux ou il fixait sa belle captive. Il était suspendu au moindre de ses mouvements intrigué sur la décision qu'elle allait prendre et surtout essayer de deviner quelle allait faire. Il la vit se stopper, redire un bras et plier l'index et aussitôt Nemesis baissa la tête et comme si le poids du monde lui tombait dessus il relâchât chacun de ses muscles victime de la défaite sur son propre paris, elle allait sauté. D'un léger coup de pied maladroit mais voulu, il fit tomber l'écran avec un petit « Oups, quelle dommage », qui se brisa au sol.

Le psychopathe se le va et fit les cents pas dans le bureau faisant parler sa curiosité et regardant les objets qui décorait le bureau comme un enfant dans un magasin de jouet qui ne pouvait rien toucher. Puis il commença à compté à haute voix.

-Un !!!

Harlay avait déjà sauté et se trouvait sur la terrasses de promenades des violeurs.

-Deux !!!

Elle cherche à se sortir de l'embarra dans lequel elle se trouvait, passant a traverse un long couloir donnant vers la sortit.

-Trois !!!

De part et autre du couloir se trouvais les barreaux des cages enfermant les bêtes incapables de calmer leurs pulsions. Les portes s'ouvrirent sans explications.

-Quatre !!!

Au bout du couloir la salle des gardes était en ébullitions, ils ne semblaient pas comprendre pourquoi les portes s'étaient ouvertes, que faisait Le Dr Evans dans une aile de la prison qui n'était pas la sienne et comment elle était arriver là en évitant tous les systèmes de sécurité.

-Cinq !!!

Les gardiens tentaient d'enfoncer la porte pour sortir de leur complexe blinder et venir et secours au Dr. Les prisonniers sortirent doucement regardant Harlay peux vêtu comme un morceau de viande et l’encerclèrent et rigolant de disant de multiple façons différente comment ils comptaient la baiser.

-Six !!!

Nemesis stoppa de compté et se mordit la lèvre. Une goutte de sang coula le long de son menton avant de tomber au sol, s'éclatant contre le parquet celle un marteau résonnant la souffrance de se dernier. Chaque secondes de décompte sonnaient comme un coup de tambour chinois, puissant, fort, traînant sur une durée infini, alourdissant la tension de la pièce.

-Elle doit apprendre, dit-il la voix chevrotante. Sept !!!

Les prisonniers tentèrent de l'attraper mais elle était agile et leurs donna du fil à retordre. Jusqu'à ce qu'elle se fasse surprendre par la masse et qu'un l'attrapa par la taille la soulevant pour l’empêcher de bouger.

-Huit !!!

Deux autres prisonniers lui attrapèrent les chevilles et les poignets, la maintenant à l’horizontal comme sr une table invisible. Les mains des détenus courraient sur le corps de Harlay sur puis sous les vêtements. Comme milles mains affamé d'un contacte humain.

-Neuf !!!

Elle avaient beau crier la marré humaine fondait sur elle comme un tsunami. Il lui arrachèrent les vêtements, le haut puis le bas attardant une fois de plus sur les intimités.

-Dix !!!

Némésis sorti une télécommande de sa poche et appuya prétraitement sur le bouton comme si il n'avait pas put le faire jusqu'à maintenant et que c'était vital.

-Tu vois ce que tu m'obliges à faire Harlay ? Si tu t’éloigne de moi je suis obliger de rétablir la Justice, ne t'éloigne pas. Puis il tourna sa tête vers les fleurs qu'il lui avait aporter et sourit, avant de glisser la mains à l’intérieur pour en sortir une caméra espion. Il fit une copie de la mémoire sur son téléphone portable et la laissa sur le bureau. Vidéo allant de la nuit endiable au dernier message d'avertissement de sa part.

Les prisonniers lui écartèrent les cuisses et un homme extrêmement baraquer se mit face à elle le pantalon baisser et posa sa verge sur l'intimité de la belle la frottant dessus pour la torturer psychologiquement avant. Harlay le connaissait, il était connu pour ses vingts trois cicatrices sur le visage, un petits entailles de scalpel pour chaque femmes violer et tuer en suite.
Aussitôt Harlay fut projeter brutalement au sol et vit un gardien paramètre comme par magie au dessus d'elle un bouclier et un bâton taser à la main comme une intervention divine. Elle put voir les prisonnier tomber les un après les autres électrocute ou shooter au tir lance balle en caoutchoute. Les gardiens avant fendu la foule avec une brutalité et une efficacité ahurissante maîtrisant les détenus en quelques secondes. Un seconde garde se rua sur elle et l’enveloppa d'une couverture avant de la traîner de force loin du danger harcelant de questions sur sa présence incompréhensible et sa santé.

Némésis lâcha sa télécommande et sortie dans le couloir d'un air sombre. Quant il mit le pieds dans le couloir son expression changea en un immanence sourire sadique et joyeux. Et se mit à courir dans le couloir les bras lever et en hurlant.

-LES ENFANTS JE SUIS DE RETOUR !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Il fut vite rattraper et quant les garder le passèrent à tabat pour le calmer il hurlait de rire sous les coup.

Deux heures après l’événement la prison retentit d'une sirène d'alarme stridente, un meurtre de masse avait été réaliser sur la majorité des violeurs enfermer, il leur manquaient les partis génitale pour la plupart. Les meurtres étaient tousses différant et d'une extrême cruauté, tousses avaient un « N » graver sur le torse si la cage torasique n'avait pas été arracher. Le balafré au vingt trois victimes était encore vivant mais se vidait de sont sang alors qu'il lui manquait tous ses doigts, ses oreilles, ses génitale et la peau de son visage. Aucun innocent enfermer injustement n'avait été massacrer et torturer. Tous le monde savaient que c'étaient Némésis le coupable, mais personne ne savait comment il avait su qui avait toucher le Dr et surtout comme il avaient put quitter sa cellule alors que dix garde étaient rester avec lui dans la cellule pour le maintenir en place.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum